Condoléances à nos familles dans la ville de Syrte en Libye


Par cheikh Aboû ‘Abd Allâh Lazhar Senigra, traduit par Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên El Bidjê’î, publié par le Markaz Al-Jama’a dans Actualité.


document-dossier-g118-orange-papier-icone-8158-128Toutes les louanges appartiennent à Allâh, Le Seigneur de l’univers, qui a dit dans Son Livre explicite {Et fais la bonne annonce aux patients, qui disent, quand un malheur les atteint : « Certes nous sommes à Allâh, et c’est à Lui que nous retournerons…»} El Baqara (La Vache), v. 156. Et que la Prière et le Salut soient sur le maître des premiers et des derniers hommes, qui a dit : « Les gens les très éprouvés sont les Prophètes, puis les meilleurs selon leur degrés. » 1

Ce qui est en train d’arriver à nos frères dans la ville de Syrte, en Lybie, est, par Allâh, une énorme calamité et une très grande épreuve. C’est une tragédie qui nous a empêchés de dormir. Elle nous a fait très mal au cœur et a fait coulé nos larmes. Cette ville assiégée par les plus maléfiques créatures: ces Kharidjites, qui, depuis la poussée de leur semence funeste, les drames et les afflictions n’ont de cesse d’advenir au sein de notre Nation. Or le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a sévèrement mis sa Nation en garde contre leur mal et contre leurs œuvres, très néfastes. Il a aussi informé qu’ils n’hésitent jamais à faire couler le sang interdit, et ne se gênent pas à semer la corruption sur terre.

Ainsi est apparu, dans leur giron, ce groupe transgresseur qui marche dans leur sillon; qui a exagéré et est allé très loin dans la tyrannie et l’injustice. Sinon quelle est la faute de ces jeunes de la Nation, qui unifient Allâh dans l’adoration, qui ne sont connus que par le suivi de la Sounna et ne se distinguent que par les qualités morales du Prophète prière et salut sur lui. Des jeunes qui se sont désintéressés de ce bas-monde et de ses plaisirs. Ils ont obéit à leur Seigneur en délaissant les interdits et les actes blâmables dans cette vie terrestre, chose qui a fait éprouver de la joie et de l’apaisement à leurs parents. Mais il est advenu ce jour funeste où les mains, criminelles et pécheresses, se sont tendues pour l’effusion de leur sang! Ces bras sanglants ne se sont pas suffi de ce crime abominable, mais ils ont tendu à crucifier leurs corps, lesquels nous implorons Allâh -Béni et Très-Haut- de faire que leurs âmes soient dans : « des ventres d’oiseaux (telles des oiseaux); elles volent, dans le Paradis, n’importe où elles désireraient, puis elles repartiront se loger dans des lampes accrochées sous le Trône. »2 Ces jeunes, nous considérons qu’il leur convient véridiquement le dire de notre bien-aimé Prophète -prière et salut sur lui- quant à ces excommuniés qui sont : « les plus mauvais hommes tués sous le ciel, alors que les meilleurs hommes tués sont ceux qu’ils assassinent. »3

Par Allâh! Notre tristesse éprouvée à ce drame est énorme. Mais nous ne disons que ce qui satisfait notre Seigneur. Nous appartenons à Allâh, et à Lui nous retournons. Nous sentons dans nos cœurs ce que sentent ces familles pour leurs enfants assassinés et terrorisés, pour lesquels nous endurons et souhaitons la récompense pour notre patience auprès d’Allâh, -Très-Haut soit-Il-.

Et à cette très douloureuse occasion, nous présentons nos plus sincères condoléances aux nôtres dans Syrte qui sont oppressés et opprimés. Et nous disons ce qu’a dit le Calife bien-guidé [‘Aliyy -qu’Allâh l’agrée-] au sujet des prédécesseurs de ces transgresseurs : « C’est un groupe qui a transgressé contre nous. »4 Voire ils sont allés très loin et ont excédé dans leur transgression. Nous prions Allâh qu’Il fasse que leur stratège soit contre eux, qu’Il préserve les musulmans contre leur mal et qu’Il leur fasse éviter leur sédition. Enfin, nous recommandons à nos frères de s’entraimer et de s’unir, de se conseiller mutuellement la vérité et la patience, et de déployer des efforts pour éclaircir la vérité aux gens et de les y inviter. Car c’en est le seul moyen pour étrangler le passage aux partisans du Faux et des passions, de dévoiler leurs tares, conformément à Sa Parole -Très-Haut soit-Il- {Et cramponnez-vous tous ensemble au pacte d’Allâh (le Livre et la Sounna) et ne vous divisez pas} Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), v. 103.

Écrit à la nuit du 03 Dhou-l-Qi’da 1436 Par le Superviseur Général du forum At-Tasfiya Wa-t-At-Tarbiya Assalafiyya (La Purification et l’Éducation Salafie), Azhar Senigra


(1) Hadith recueilli dan As-Sahîha, n° 143.
(2) Rapporté par Mouslim, n° 1887.
(3) Rapporté par Ahmed dans el Mousned, n° 22151, et par d’autres d’après le hadith d’Aboû Oumêma qu’Allâh l’agrée, et c’est un hadith authentique ayant des voie narratives multiples.
(4) Recueilli par Ibn Abî Cheyba, n° 37942.