L’Islam, religion de l’avenir!

document-dossier-g388-orange-papier-icone-6665-128Très certainement, il est des choses des plus recherchées dans cette vie terrestre : la quiétude et le bonheur. Ce qui en tout âge a incité les êtres humains (chacun à  sa façon) de tâcher à la réalisation de leur bonheur, de même que celui de leurs proches. Ainsi des hommes et des femmes le recherchent dans les biens, d’autres dans la progéniture, d’autres encore le cherchent dans les plaisirs de toutes sortes ; et certains partent à la quête de la joie et du bonheur en parcourant la terre, en traversant les mers et en survolant les airs ; comme il y a également des gens qui se réfugient dans la religion dépendamment de leurs convictions ou tout simplement par suivisme et imitation.

Cependant, il est advenu que toute trouvaille de joie et de bien-être ne tarde pas à cesser d’être. Car, les recherches se sont souvent faites à des niveaux restreints, incapables de subvenir aux besoins croissants et renouvelables de l’homme. Ce qui a amené penseurs, philosophes, savants, médecins, hommes de lettres et de science a postuler des thèses et asseoir des règles, voire des théories et des courants, explorant les moyens d’une vie heureuse. Mais, qu’en est-il de tous ces efforts entrepris ? Ces hommes et ces femmes de toute époque et de tous pays sont-ils réellement parvenus au vrai bonheur ? Ont-ils emprunté la vraie voie qui découle sur la sérénité et la paix ? Le bonheur que certains croient avoir atteint, est-il un bonheur généralisé que tout le monde partage, ou uniquement au profit d’une certaine catégorie de gens ?

C’est au cours de cet article, que l’on obtiendra des réponses à toutes ces questions en démontrant, encore, et toujours, que l’islam est la seule voie parfaite pour atteindre le bonheur sur terre. Un bonheur, notons-le, qui ne s’arrêtera pas à l’arrêt de la vie terrestre, mais qui se poursuivra après la mort et débouchera sur une vie éternelle, pour quiconque croit en Allâh -Pureté à Lui- et en Son Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui-.

Nous parlons de l’islam et le proposons comme moyen pérenne pour une vie paisible, autant à l’échelle individuelle que collective, car il est, à n’en pas douter, la seule religion céleste et monothéiste qui englobe à la fois les intérêts de l’homme spirituels et matériels, de l’ici-bas et de l’au-delà. Il est également la seule religion dont le Livre Saint, dans lequel celle-ci puise, demeure intact, non modifié ni interpolé, d’autant plus que c’est l’unique Livre (Qour’ên « Coran ») qui est resté lisible et compréhensible dans sa langue originelle : la langue arabe.

Nous parlons également de la religion musulmane et la proposons comme remède indéniable aux maux et malaises du monde actuel, car multiples sont les remèdes apportés, mais, aucun n’a réussi. Les guerres, les misères, les injustices de toute espèce, la domination des forts sur les faibles, des riches sur les pauvres, les tueries, les barbaries, l’animalerie… Tous ces fléaux ; ces peines et ces maux dont souffre l’humanité, indiquent, sans aucun doute, que l’avenir sera pour l’islam.

Cela étant dit, nous exposerons ci-après sept arguments1 en guise de preuve que l’islam est le seul et unique remède parfaitement adéquat au bonheur perpétuel de l’homme.

Premier argument :

La religion musulmane est fondée sur les principes de la foi cités dans Sa Parole -Pureté à Lui- {Dites : « Nous croyons en Allâh, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et aux Tribus ; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus ; à ce qui a été donné aux Prophètes par leur Seigneur, sans établir entre eux aucune différence. Et à Lui nous sommes entièrement musulmans (soumis à Allâh)} El Baqara (La Vache), V. 136.

Ces principes sublimes qu’Allâh a intimés à Ses serviteurs, sont ceux sur lesquels se sont accordés tous Ses Prophètes. Ils contiennent les plus importantes connaissances et croyances concernant la foi en ce qu’Allâh a informé sur Lui-même. De plus, ils incitent l’homme à faire des efforts dans la recherche de Son agrément et de Son amour, -Très-Haut soit-Il-.

Une religion dont la base est la foi, et le fruit est d’œuvrer sincèrement dans tout ce qu’Allâh aime et agrée. Ainsi, serait-il possible d’en imaginer  une meilleure ou plus bonne ?

En vérité, une religion qui ordonne de croire à tout ce que les Prophètes ont instauré, à leurs Messages et à la vérité qu’ils ont apporté de leur Seigneur, sans faire de distinction entre eux2, et sachant qu’ils sont tous des Messagers sincères et véraces envoyés par Allâh. Une religion qui est ainsi ne peut être l’objet de critique ou d’objection.

En effet, l’islam reconnaît et commande de suivre toute vérité, établit les vérités religieuses qui s’appuient sur la Révélation d’Allâh faite à Ses Prophètes, s’accommode harmonieusement avec les vérités intellectuelles bénéfiques, et ne récuse jamais ce qui est vrai, comme il ne soutient jamais non plus ce qui est faux. Il est certes au-dessus de toute autre religion.

Il ordonne à l’être humain de pratiquer les œuvres de bien, d’acquérir les bonnes mœurs et de réaliser tout ce dont il a besoin, tant que cela ne lui nuit en rien. Il incite également à l’équité et à la justice, au bien et à la miséricorde, et interdit l’injustice et l’oppression ainsi que les mauvaises mœurs. Il n’y a pas un bon caractère institué par les Prophètes précédents que l’islam ne conçoit pas, et il n’y a pas d’intérêt mondain ou religieux, que les anciennes charias ont établi, que l’islam refuse. Bien au contraire, il les approuve et les ordonne. Mais, il n’accepte pas de suivre le faux ou de se livrer aux pratiques nuisibles, quelles que soient leurs sources et leurs natures.

En somme, les convictions et les croyances de cette religion purifient les cœurs, réforment les âmes et enracinent dans les hommes et les femmes les bonnes moralités et les bonnes œuvres. L’Islam est venu pour réformer les intentions et les actes.

Deuxième argument :

Les grandes législations de l’islam après la foi sont : la pratique de la salat (prière), le don de la zakêt, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage (hedjdj) à la Maison sacrée d’Allâh. Méditez sur ces législations sublimes et sur les grands bienfaits qu’elles procurent : la récompense divine et la satisfaction d’Allâh, ici-bas et dans l’au-delà.

Pensez à la sincérité qu’il y a dans la salat, au recueillement qui l’accompagne du début jusqu’à la fin. Elle enferme aussi des intentions, des actes et des paroles magnifiques telles que de proclamer la grandeur d’Allâh, de Le louer, de Le glorifier et de Le remercier. La prière musulmane apprend au musulman d’être humble et sincère. Elle arrose la foi qui est comparé à un arbre. Car, si ce n’était pas son accomplissement cinq fois par jour, cet arbre de la foi serait desséché.

Pensez à la zakêt, aux intérêts grandioses qu’elle recouvre. Elle est un acte de générosité et de libéralité, un remerciement pour Allâh de Ses dons et bienfaits. La zakêt préserve également les biens de celui qui la donne et les fructifie. C’est une miséricorde pour les pauvres car c’est par elle que seront réalisés leurs besoins. Elle est aussi un puissant moyen pour renforcer l’économie des pays quand ses normes islamiques sont respectées.

De même, voyez comment le jeûne entraîne l’homme pour délaisser les choses qu’il aime, tels que le manger et le boire, uniquement pour l’amour d’Allâh. En faisant cela, il s’approche davantage de Lui, et s’exerce aussi à fortifier son âme et son corps. Le jeûne3 permet également de fortifier la foi et apprend au jeûneur d’être sincère et pieux.

Le pèlerinage4, quant à lui, est une adoration qui englobe plusieurs œuvres pieuses qu’accomplira le pèlerin, telles que de dépenser son argent dans le voyage, d’endurer sa fatigue et ses difficultés, de quitter sa famille et les proches pour retrouver la Maison sacrée d’Allâh auprès de laquelle se feront plusieurs œuvres de dévotion. Le musulman fait tout cela parce qu’il aime son Seigneur et recherche Sa satisfaction.

Le Hedjdj (pèlerinage) est, de plus, un impressionnant groupement mondial qui réunit les musulmans de toute race et nationalité, et les fait venir des quatre coins du globe. Tous quitteront leurs pays, et parcourront des milliers de kilomètres pour venir se retrouver près de cette ancestrale Maison d’Allâh sur terre. Ce devoir religieux incombant aux musulmans, pour ceux qui peuvent le pratiquer du point de vue matériel et corporel, est une occasion qui leur permettra de se connaître, de s’informer sur leurs différents pays et d’unifier leurs rangs. Le pèlerinage en islam est un culte qui recèle des bienfaits dont seul Allâh connaît parfaitement l’importance. Le Hedjdj est depuis des années le plus grand rassemblement humain dans le monde entier.

Troisième argument :

L’ordre qu’Allâh a intimé aux musulmans de s’aimer et de se réunir, et l’interdiction de la division et la scission. En effet, sont quasiment indénombrables les Textes du Livre et de la Sounna qui traitent de cela. Chaque homme doué de saine raison peut mesurer l’importance de l’union, les innombrables bienfaits qu’elle implique, mais aussi les méfaits qu’elle permet de prévenir.

En outre, il suffit pour considérer ceci, de jeter un regard sur l’histoire des musulmans aux premiers siècles de l’islam, comment étaient-ils unis et forts grâce à leur observance de cet ordre divin. Ils étaient sur une échelle de piété trop élevée, ce qui leur a permis d’atteindre un niveau de puissance et de suprématie qu’aucune nation n’a pu réaliser. Force et miséricorde, deux caractéristiques islamiques qui vont de paire qu’aucune autre religion ne les possède toutes les deux rassemblées.

Effectivement, l’islam est une religion de miséricorde, de bénédiction et de bienfaisance. Il recommande et recherche l’avantage de l’espèce humaine. C’est grâce à la miséricorde et à l’incitation au bien, ainsi qu’au bon traitement qu’il réclame, et sa mise en application, qu’il est devenu une Lumière au milieu de l’obscurité de l’injustice, de l’oppression, de la transgression des droits et du mauvais traitement des gens.

C’est aussi cette miséricorde sur laquelle se base la religion musulmane, qui a attiré les cœurs de ceux que l’on comptait autrefois parmi ses plus grands ennemis. Ils ont fini par s’abriter dans l’ombre de ses règles et de ses usages.

Enfin, c’est grâce à cette religion que les cœurs de ses partisans se sont emplis de compassion et de tendresse, à travers leurs paroles et leurs actes. Un comportement noble qui a outrepassé les frontières et envahi ses adversaires, jusqu’à ce qu’ils soient devenus à leur tour des plus grands alliés de l’islam. Il se trouve que ces derniers se sont convertis à l’islam par clairvoyance et conviction inébranlable ; et il y a ceux qui se sont soumis car ils sont subjugués par ses injonctions et ses Lois, ses recommandations et ses pratiques qu’ils ont préférées à celles de leur religion d’avant. Sans aucun doute, elles abondent en justice et en miséricorde !

Quatrième argument :

L’islam est la religion de la sagesse et de la saine nature, la religion de la raison saine, de la piété, du grand succès et de la vraie liberté. Ce principe s’explique par les règles fondamentales et secondaires qu’il contient. Des règles que les raisons pures acceptent ; qu’elles admettent par conviction qu’elles impliquent vérité et justesse, et qu’elles conviennent à toute époque et à tout endroit.

Son Livre (le Qour’ên) a informé sur des choses véridiques qu’aucune science n’est venue, et ne viendra jamais non plus, les démentir ni les annuler. Tout au contraire, toutes les véritables sciences les soutiennent et attestent de leur validité. C’est une preuve éclatante qu’elle est une religion véridique.

Bien plus, les chercheurs raisonnables ont à maintes reprises prouvé que chaque science bénéfique, qu’elle soit profane, religieuse ou politique est indiquée dans le Qour’ên d’une façon qui ne laisse place à aucun soupçon. Il n’y a pas de chose dans la charia que la raison juge absurde ou invraisemblable. Ses ordres soit ils contiennent un bien soit ils repoussent un mal. Toutes les fois qu’une personne intelligente médite ses jugements, sa foi augmente et devient plus grande. Ce qui la rend plus attachée à cette religion, étant définitivement persuadée qu’elle provient du Tout-Puissant, Allâh -Exalté soit-Il.

Cinquième argument :

Il est autorisé par la charia différentes opérations commerciales et monétaires, telles que les ventes, les locations, la création de sociétés et autres types d’échanges interpersonnels.

En effet, la charia islamique a autorisé ce genre d’action à caractère bénéficiaire, étant donné qu’il assure l’intérêt des gens en ce qui concerne leurs nécessités, leurs besoins et leurs superflus. Elle leur a donc élargi cet échange ; et cela a permis de bonifier leur situation et donner plus de confort à leur vie.

Cependant, la législation islamique a réclamé certaines conditions afin que ces opérations soient licites. Elle a ainsi exigé la satisfaction des deux parties concernées dans chaque opération, la connaissance de ce que contiennent les contrats, l’objet et le sujet du contrat ainsi que ses conséquences. En contre partie, elle a prohibé tout ce qui encourt une nuisance ou injustice, telles que les différentes formes d’usure (les intérêts bancaires !), les jeux de hasard et autres.

Ainsi, l’homme qui méditera sur les opérations économiques dans l’islam, apprendra qu’elles sont étroitement liées à l’amélioration de la vie tant sur le plan mondain que religieux. Ceci lui permettra de reconnaître la vaste Miséricorde d’Allâh et Sa grande Sagesse, car Il a autorisé à Ses serviteurs de tirer profit de toutes les bonnes choses, que ce soit des gains, des nourritures ou des boissons ; de même que d’exercer les différentes activités lucratives profitables, pourvu qu’elles ne transgressent pas les limites religieuses étalées dans le Livre et la Sounna.

Sixième argument :

Allâh -Très-Haut soit-Il- a légiféré quantité de droits afin que les musulmans les échangent entre eux. Nombre d’œuvres nobles qui témoignent de la bonté de ceux qui les font, telles que la bienfaisance, l’entraide, la piété, la pitié, la fidélité, la justice, l’équité, l’amour fraternel, la compassion, la bienveillance, le respect, notamment à l’égard des savants et de ceux qui sont plus âgés, etc.

Il fait partie de ces droits également ceux qu’Allâh a prescrits à l’avantage des parents, des enfants, des prochains, des voisins, des amis, des collègues ainsi que chacun des deux époux… Sont tous des droits qui enthousiasment les personnes de nature saine et de raison pure et mûre. Car, ils réalisent une fréquentation positive et des relations pieuses et bénéfiques.

Chaque fois que nous méditons sur ces droits, le bien qu’ils apportent et le mal qu’ils repoussent, nous agrandissons davantage notre conviction que cette religion est parfaite, que l’islam est une religion de l’avenir. Nous voyons ces droits circuler à travers les temps, et au-delà des contrées et des us des gens ; ils leurs procurent de l’entrain dans l’entraide inconditionnelle dans le bien, aussi bien dans les affaires mondaines que religieuses.

Septième argument :

Un regard général sur les Ouvertures islamiques [el foutoûhêt el islêmiyya] et la pénétration de l’islam pratiquement dans tous les coins du monde, est un des plus forts arguments que cette religion est ouverte et adaptée à tout le genre humain, sans qu’elle ne soit limitée par le temps ou l’espace.

De même, l’aura de grandeur et la prestance que l’islam véhicule partout où il fait apparence, même auprès de ses adversaires, en dépit de leurs efforts croissants et grandissants à vouloir arrêter ou affaiblir son expansion. Tous lui vouent importance et égard. Sinon pourquoi tous ces calculs à la minute à son sujet ? Serait-il correct de s’intéresser à une chose sans importance ?

En effet, quiconque médite sur l’origine de cette religion, sur la situation dans laquelle fut la Péninsule Arabique avant l’avènement de l’islam ; comment est-il parvenu à la réunir de bout en bout, malgré les dissensions, les divisions et les batailles qui y régnèrent ; comment cette religion a pu unifier les Arabes qui abondaient de haine et d’inimitié et les a transformés en musulmans pleins d’amour, les uns et les autres sont des frères dans la foi. Tout cela leur a permis de partir à l’Ouverture des pays, à libérer leurs peuples des jougs des hommes et les guider à l’adoration du Créateur de l’Univers : Allâh Le Tout-Puissant.

Donc, celui qui réfléchit sur cette affaire déduira que ce sont des signes indicateurs du succès de cette religion, de sa suprématie et sa prédominance. Malgré tous les efforts évertués et les moyens draconiens entrepris, depuis sa naissance jusqu’à ce jour, afin de l’anéantir sinon de le fléchir, l’islam poursuit son chemin en géant pour faire demeure dans le monde entier. Des versets et des hadiths le disent sans aucune ambiguïté. Cela fait partie des preuves évidentes que cette religion est la religion véritable du Créateur de toute chose, le Seigneur des mondes.

Ainsi, si des personnes sagaces et averties s’appliquent à inviter les gens à la religion musulmane, à leur expliquer ses vérités et ses intérêts qu’elle préconise, cela sera assez suffisant pour les attirer vers elle. Car cela leur permettra de savoir qu’elle est en harmonie avec les valeurs et vertus religieuses et mondaines qu’elle véhicule, et qu’elle agit pour concilier avec bon sens vie spirituelle et vie matérielle.

Enfin, quand les vérités de cette religion seront dévoilées et connues par les non-musulmans, cela sera un des plus grands motifs pour l’accepter et la préférer à toute autre religion. Ô musulmans, tâchons de répandre l’islam, religion de l’avenir !

Puisse notre Seigneur nous affermir dans la guidée, nous apprendre Sa religion et réformer nos situations, nos paroles et nos actes, êmîn !


1 La somme de ces arguments est une reformulation adaptée d’une partie de l’épître du cheikh As-Se‘di qu’Allâh lui fasse miséricorde ad-dourra el moukhtaçara fi mahêcin addin el islêmi.

2 Consulter à ce sujet Les qualités suprêmes de la communauté musulmane, de notre honorable cheikh ‘Abd el Ghani Aoussat, 2ème éd. 2011, ou se rendre sur le site du cheikh www.aoussat.com

3 Lire à ce titre La description du jeûne du Prophète -prière et salut d’Allâh su lui-, de notre honorable cheikh ‘Abd el Ghani Aoussat, 2ème éd. 2014, ou aller sur le site du cheikh.

4 Lire à ce sujet notre article Le hedjdj, immense signe de la Miséricorde divine.


Plus d’articles…