Mise en garde contre le fait d’insulter Les Compagnons -qu’Allâh les agrée-


Par Cheikh Sâleh Ibn Fewzên El Fewzên, traduit par Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên El Bidjê’î. Publié par le Markaz Al-Jama’a dans Articles.

document-dossier-g388-orange-papier-icone-6665-128La louange est à Allâh, le Seigneur des mondes. Et qu’Allâh prie et salue notre Prophète Mouhammed, sa famille, et tous ses compagnons.

Cela dit, certes, Allâh a préféré les Compagnons à ceux qui sont venus après eux parmi les générations de cette communauté. Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit : « Les tous premiers [croyants] parmi les Émigrés (el mouhêdjiroûn) et les Auxiliaires (el ansâr) et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès ! » At-Tewba (Le Repentir), v. 100.

Et Il a dit -qu’Il soit Très-Haut- : « [Il appartient aussi] aux Émigrés besogneux qui ont été expulsés de leurs demeures et de leurs biens, tandis qu’ils cherchaient une grâce et un agrément d’Allâh, et qu’ils portaient secours à (la cause) d’Allâh et à Son Messager. Ceux-là sont les véridiques. [Il appartient également] à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays (Médine) et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que [ces Émigrés] ont reçu, et qui les préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux. Ceux qui se prémunissent contre leur propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent. » El Hachr (L’Exode), v. 8-9.

Et Il a également dit -Exalté soit-Il- : « Mouhammed est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés et prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Évangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. Allâh, par eux, attise la fureur des mécréants. Allâh promet à ceux d’entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense. » El Feth (La Victoire Eclatante), v. 29.

Et le Prophète -prière et salut d’Allâh- sur lui a dit : « N’insultez pas mes Compagnons ! Car, par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, même si quelqu’un de vous donne en aumône l’équivalent d’Ouhoud1 en or, il ne pourra pas égaler le muid de l’un d’eux ni sa moitié. »

Alors, il est illicite d’insulter les Compagnons de manière générale, ni d’insulter un d’eux [de façon spécifique]. Ainsi, quiconque les insulte ou insulte un parmi eux a donc désobéit à Allâh et son Messager, a enfreint à l’unanimité des musulmans et est devenu du nombre des hypocrites dont Allâh dit : « Dis : « est-ce d’Allâh, de Ses versets et de Son Messager que vous vous moquiez ?! » Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru.» At-Tewba (Le Repentir), v. 65-66.

Celui qui les insulte porte atteinte à l’islam qu’ils ont soutenu et transmis à ceux qui sont venus après eux. Ils sont l’intermédiaire entre nous et le Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui-. C’est eux qui ont diffusé l’islam par la prédication et le djihad. Leur droit sur nous est de les révérer, les respecter, les aimer, les prendre pour modèle et les louer. Allâh -Très-Haut- dit : « Et ceux qui sont venus après eux disent : « Seigneur ! Pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancune pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es certes Compatissant et Très-Miséricordieux ». » El Hachr (L’exode), v. 10.

Cependant, il est apparu présentement des groupes et des personnes qui dénigrent les Compagnons et les insultent, ou qui dévalorisent et injurient certains d’entre eux à travers les chaines télévisée et les sites Internet. C’est, sans aucun doute, une grave atteinte à l’islam et à ses transmetteurs ; une désobéissance à Allâh et Son Messager, et une transgression de l’unanimité des musulmans.

L’imam El Mouzanî Ech-Chêfi‘î a dit dans son livre Charh es-Sounna (l’explication de la Sounna), p. 87 : « On mentionne le mérite du calife  du Messager, Aboû Bakr As-Siddîq (le véridique) -qu’Allâh l’agrée-, car il est certes le meilleur des hommes et le dernier après le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui-, puis nous mentionnons en deuxième lieu, après lui, el Fêroûq (le clairvoyant) : ‘Oumar ibn El Khattâb -qu’Allâh l’agrée-. Ils sont en fait les deux vizirs (ministres) du Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui-, et les deux [morts] étendus dans sa tombe. Puis nous mentionnons en troisième lieu dhoû An-Noûrayn (le doué des deux lumières)2 : ‘Outhmên ibn ‘Affên -qu’Allâh l’agrée-. Ensuite, nous mentionnons le doué de mérite et de piété, ‘Alî Ibn Abi Tâlib -qu’Allâh les agrée tous-. Et après nous citons  les autres parmi les dix Compagnons auxquels le Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui- a promis le Paradis. Nous éprouvons un amour sincère pour chacun parmi eux, en mesure de la préférence que le Messager -prière et salut d’Allâh sur lui- leur a accordée. Et nous citons enfin le reste de ses compagnons après eux, qu’Allâh les agrée tous. On évoque leur mérite et les mentionne par leurs bonnes œuvres ; et, tu dois te retenir de parler du différend qui eu lieu entre eux. Car ils sont, très certainement, les meilleurs de tous les habitants de la terre, après leur Prophète. Allâh -Puissance et Majesté à Lui- les a en effet agréés pour accompagner Son Prophète [dans sa mission], et a fait d’eux des triomphateurs pour Sa religion. Ils sont, sans aucun doute, les imams de la religion, et les hommes illustres des musulmans, -qu’Allâh les agrée tous-. » Fin de citation.

Et El Hêfidh Aboû Bakr Ahmed Ibn Ibrâhîm El Ismê‘îlî a dit dans son livre I‘tiqâd Ehl As-Sounna (La croyance des Gens de la Sounna), p. 50 et ce qui suit : « Et ils (les Gens de la Sounna) affirment le califat d’Aboû Bakr -qu’Allâh l’agrée-  après le Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui- par le fait que les Compagnons l’aient choisi, puis le califat de ‘Oumar -qu’Allâh l’agrée- après Aboû Bakr du fait que celui-ci même lui a accordé la succession, ensuite le califat de ‘Outhmên -qu’Allâh l’agrée- par voie consensuelle des partisans de la Consultation, ainsi que le reste des musulmans [à cette époque] suite à l’ordre intimé par ‘Oumar à ce sujet, et ensuite le califat de ‘Alî -qu’Allâh l’agrée- du fait du serment d’allégeance qui lui fut accordé par les combattants de Badr : ‘Ammâr Ibn Yêcir et Sehl Ibn Hanîf ainsi que le reste des Compagnons qui les ont suivis, en plus de son antécédence honorable et son mérite. [Les Gens de la Sounna] mentionnent la prédilection des Compagnons qu’Allâh a agréés, conformément à Sa Parole : « Allâh a très certainement agréé les croyants quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre. » Et sa Parole : « Les tous premiers [croyants] parmi les Émigrés (el mouhêdjiroûn) et les Auxiliaires (el ansâr) et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée. » Certes, ceux dont Allâh confirme de les avoir agréés, ne peut provenir de leur part ce qui entrainerait le courroux d’Allâh -Tout-Puissant-. Quant aux Têbi‘în (les suiveurs des Compagnons), Allâh ne leur accorde Son Agrément qu’à condition [de les suivre] dans un beau comportement. C’est pourquoi en sont exclus ceux qui font partie des Têbi‘în mais n’ont pas suivi les Compagnons dans un beau comportement. Et quiconque s’irrite à cause du rang des Compagnons auprès d’Allâh, suscite alors la peur, dont on ne peut craindre pour lui une plus grave chose que la mécréance, vu Sa Parole : « Mouhammed est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés et prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Évangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. Allâh, par eux, attise la fureur des mécréants. Allâh promet à ceux d’entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense. » Allâh a ainsi informé qu’Il a fait des Compagnons un sujet de colère pour les mécréants. » 3 Fin de citation.

Et le cheikh de l’islam Ibn Teymiyya -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit dans El ‘Aqîda El Wâcitiyya (La croyance d’El Wâcitiyya) : « Parmi également les fondements des Gens de la Sounna et du Groupe, il y a la pureté de leurs cœurs et de leurs langues au profit des compagnons du Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui-, tel qu’Allâh -Très-Haut- les a décrits dans Sa Parole : « Et ceux qui sont venus après eux disent : « Seigneur ! Pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancune pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es certes Compatissant et Très-Miséricordieux ». » Et par obéissance aussi au Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- qui a dit : « N’insultez pas mes Compagnons ! Car, par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, même si quelqu’un de vous donne en aumône l’équivalent d’Ouhoud en or, il ne pourra pas égaler le muid de l’un d’eux ni sa moitié. »

Les Gens de la Sounna acceptent aussi leurs vertus et degrés que mentionnent le Livre, la Sounna et le Consensus. » (…) Puis il a dit : « Les Gens de la Sounna aiment la Famille du Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui, s’allient à eux et préservent en leur faveur la recommandation du Messager d’Allâh lorsqu’il a dit, le jour de Ghadîr Khoum : « Je vous rappelle Allâh au sujet de ma famille. » » (…) Puis il a dit : « Les Gens de la Sounna disent que les épouses du Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui- sont les mères des croyants. Ils croient aussi qu’elles seront réellement ses épouses dans l’au-delà, spécifiquement Khadîdja -qu’Allâh l’agrée-. Elle est la mère de la majorité de ses enfants. La première femme à avoir cru en lui, et à l’avoir épaulé dans sa Mission. Elle jouissait à ses yeux d’un rang supérieur. [Comme ils s’allient spécifiquement aussi à] la véridique, fille du véridique -qu’Allâh l’agrée- (‘Â’icha et son père Aboû Bakr -qu’Allâh les agrée-), dont le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a dit : « Le mérite de ‘Â’icha par rapport aux autres femmes est pareil au mérite du tharîd (petits morceaux de pain et de viande détrempés de sauce) sur toutes les nourritures »4». (…) Puis il a dit concernant le mérite de l’ensemble des Compagnons : « En effet, celui qui consulte, avec connaissance et clairvoyance, la biographie des compagnons ainsi que les valeurs desquelles Allâh les a gratifiés, saura avec certitude qu’ils sont les meilleures créatures après les Prophètes. Il n’a jamais existé et n’existera pas non plus des gens pareils. Ils sont certes l’Élite des générations de cette communauté, qui, elle, est meilleure que toutes les autres, la plus noble auprès d’Allâh, -Majesté à Lui-. » Fin de citation.

Ainsi seront mis à l’évidence l’erreur et l’égarement de ceux qui insultent les Compagnons, notamment via les moyens de télécommunication. Ils font cela soit par égarement et mécréance soit par ignorance.

Nous demandons à Allâh de guider vers la vérité et la rectitude les égarés parmi les musulmans.

Source: sahab.net


  1. Nom d’une grande montagne située à Médine. NDT.
  2. C’est une appellation attribuée à ‘Outhmên -qu’Allâh l’agrée- du fait qu’il ait épousé deux filles du Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- : Rouqayya et Oumm Kelthoûm -qu’Allâh les agrée-. NDT.
  3. L’imam Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit dans son Exégèse(Volume 4, au verset 29, sourate el Feth) : « C’est de ce verset-là que l’Imam Mêlik -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a déduit, dans une version rapportant de lui, la mécréance des Rawâfid (les chiites) qui haïssent les Compagnons. Il a dit : ‘’Car les Compagnons suscitent leur fureur, et celui dont la fureur est attisée au sujet des Compagnons est un mécréant, conformément à ce verset. Un groupe de savants est d’avis avec l’imam Mêlik sur cette question. Les hadiths citant les mérites et les vertus des compagnons et interdisant de les citer en mal sont multiples, et il leur suffit l’éloge d’Allâh pour eux et Son Agrément. » NDT.
  4. C’est une allusion signifiant que ‘A’icha -qu’Allâh l’agrée- est meilleure que toutes les femmes.

Plus d’articles…